J’innove, tu innoves, nous innovons !

posted in: Général | 1

– J’innove, tu innoves, nous innovons ! –

 

Probablement Le Verbe du moment, un peu comme une tendance en vogue, une mode à laquelle on ne peut échapper.

La mode justement, parlons-en ! Lorsque je regarde les défilés de tous ces grands créateurs, j’ai parfois du mal à en saisir le sens, à identifier ce que je pourrais faire de toutes ces créations si elle se retrouvaient soudainement dans ma garde-robe. Évidemment, ma sensibilité est toute relative dans ce domaine… Or, chaque créateur nous emmène dans son propre univers, son interprétation de ce qu’est la beauté, le chic, les goûts du moment et que sais-je encore.

Revenons-en à l’innovation. Lorsque j’écoute tout ce qu’on nous propose pour capter et définir l’innovation, la même impression de voir tout et n’importe quoi me gagne. Chacun semble y aller de sa définition, de sa façon de l’évaluer. D’autres, encore plus orgueilleux, semblent même penser pouvoir la créer sur commande, offrant de la consultance et un vocabulaire assez complexe que pour égarer les plus néophytes en promettant qu’une fois arrivé au bout de l’étude, l’innovation apparaîtra, tel le Saint Graal.

Imaginez-vous, c’est un peu comme si vous vous leviez le matin et en passant mentalement en revue votre emploi du temps du jour vous vous disiez ‘ah oui, aujourd’hui, je vais innover’.

Génial non ?

Prenons le temps de nous arrêter une minute. L’histoire nous enseigne à travers les grands innovateurs, les vrais, ceux qui via leurs découvertes ont pu changer fondamentalement nos façons de procéder (on parle d’innovation de rupture), qu’une innovation naît généralement du hasard. Une idée lancée parmi d’autres, parfois farfelue même, souvent improbable, dans laquelle quelqu’un a osé croire et investir. Ou encore à la suite d’un événement complètement imprévu. L’exemple du four à micro-ondes, découvert en 1945 par l’américain Percy Spencer l’illustre bien. Ce dernier travaillait sur l’amélioration du radar lorsqu’il découvrit par accident (eh oui, une barre de chocolat avait fondu dans sa poche lorsqu’il s’est approché d’un magnétron) que les ondes électro magnétiques permettaient de réchauffer des aliments.

Rendons-nous à l’évidence : nous ne sommes pas en mesure de créer de l’innovation sur demande !
Pourquoi la quête de l’innovation est-elle primordiale pour une entreprise aujourd’hui ? Marché exigeant, forte concurrence, vitesse d’exécution et d’adaptation déterminante pour à une progression favorable … Il s’agit donc bien d’une valeur essentielle à la pérennité de l’entreprise.

De nombreux laboratoires de l’innovation ont vu le jour au sein des entreprises, certaines des plus prestigieuses. Il parait intéressant de se dire : Regroupons un panel de personnes, permettons-leur de réfléchir ensemble et ils trouveront, à force de brainstorming et d’études en tout genre, les idées qui nous permettrons de prendre une longueur d’avance sur nos concurrents.

Il s’agit probablement du meilleur moyen de tuer l’innovation avant même qu’elle ne montre signe d’émergence. Ne nous méprenons pas, ce type de laboratoire peut avoir une utilité et un bien fondé, notamment dans l’éducation des employés en matière d’innovation, mais aussi pour affirmer une culture d’entreprise qui donne place à l’innovation.
Car c’est bien la que tout démarre : La culture d’entreprise et l’ouverture d’esprit !

L’innovation ne nait pas un 25 janvier parce que dans l’agenda du directeur général il y sera indiqué en rappel :‘Innover’.

Comment la capter alors? C’est très simple en réalité, pour innover, il faut en premier lieu pouvoir écouter et écouter tout le monde : Employés (peu importe leur place dans la hiérarchie) autant que clients. Chacun est à même de soumettre une idée qui peut s’avérer brillante et mener à une réelle innovation ou tout au moins, à une amélioration notable. Elle peut venir de façon totalement inattendue et peut même sembler saugrenue au départ. C’est ici que l’ouverture d’esprit prend tout son sens.

Nous sommes ici aux prémices du succès d’une entreprise qui veut innover : Capturer les idées d’où qu’elles viennent!
Ajoutez-y des outils pour les capitaliser, à l’aide d’une gestion de processus structurée, une méthodologie de travail collaborative et évidemment un minimum d’investissement.

L’assurance de pouvoir innover ou de permettre l’innovation n’existe pas. Mais les possibilités de pouvoir s’en approcher sont bien présentes !

Laetitia Osswald
Follow Laetitia Osswald:

Fondatrice et directrice chez Innovation DP

Laetitia Osswald
Latest posts from

  1. Avatar
    F. Mommens

    C’est amusant, car en réunion le mois dernier, j’ai justement comparé cette « mode » pour l’innovation à la Fashion Week de Londres: beaucoup de créativité, beaucoup de nouveauté mais pas de réel questionnement sur l’utilité de la chose. Et que devient l’innovation si elle ne sert personne? L’innovation doit avant tout combler un besoin client!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *